Accueil du site > > Canton et chinoiseri

Canton et chinoiseries

Canton et chinoiseries

lundi 28 mars 2011

Personne ne doit s’étonner de l’abstention massive qui a marqué ces dernières élections cantonales. Non que les électeurs aient voulu témoigner d’une intention quelconque en snobant les urnes : voilà longtemps qu’ils se sont fait une opinion sur leurs élus, ce qui ne les empêche pas d’ordinaire de remplir leur « devoir citoyen ». Mais cette fois, la concurrence était rude : celles des salles des ventes. Selon notre sondage, réalisé à l’heure de l’apéritif au troquet voisin, les Français ont préféré plébisciter les commissaires-priseurs que les conseillers généraux. Certes, ces deux catégories de brocanteurs racontent autant de sornettes les uns que les autres ; mais si les élections n’amènent la plupart du temps que de nouveaux embêtements, les ventes publiques, elles, peuvent rapporter gros.

Pour preuve, les enchères récentes de Sotheby’s, l’un des grands noms de la profession, qui a dispersé quelques bimbeloteries chinoises. L’un des vases proposés, estimé à 800 dollars avant la vente, s’est finalement vendu pour plus de… 16 millions de dollars. D’évidence, aucun élu n’a jamais rapporté autant à son acheteur, même sur plusieurs mandats. C’est qu’apparemment, les experts se sont emmêlés les pinceaux dans la datation de l’objet, qui ne proviendrait pas de la Période Révolutionnaire de Sun Yat-Sen (1941-1945), mais bien du règne de l’Empereur Yongzheng (1723 -1735), l’époque où fut mise au point la porcelaine dite « coquille d’œuf », extrêmement fine mais très résistante, que l’on a appelée par la suite « famille rose ». La même famille qui a triomphé ce dimanche sur le marché des cantonales, bien que fruste et fragile. Comment est-il possible, vous demandez-vous, de se tromper de deux siècles dans la détermination de l’âge d’un objet ? Rien de surprenant. C’est le même type d’erreur commune dans l’appréciation des idées : nombreux sont ceux qui croient la Chine entrée dans la modernité, alors qu’elle se promène encore allègrement au XVIIIe siècle. Les mauvaises langues prétendent qu’il en est de même avec la « famille rose » française. Mais il ne s’agit pas d’avis d’experts…

La recette du jour

Conseiller en porcelaine rare

Vous n’avez pas nécessairement voté pour votre conseiller général fraîchement élu. Ce n’est pas dramatique : il vous rapportera quand même une fortune. Attendez patiemment la fin de son mandat et conservez-le dans la naphtaline. Comme dernier représentant d’une espèce disparue, vous le revendrez un max chez Sotheby’s. Qu’il soit de la « famille rose » ou de la « famille bleue ».

lundi 28 mars 2011 , par Jean-Jacques Jugie


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides).

Qui êtes-vous ? (optionnel)



  • 25juillet Le dollar postmoderne - par Plumitif

    On verra bientôt que nos candidats sont postmodernes depuis (...)

  • 20juillet Pitié pour Murdoch ! - par philippe lefevre

    mon cher ami "le premier qui dit la vérité il doit etre (...)

  • 18juillet Vacances au frais - par Plumitif

    Excellent, comme "avant" votre séjour en taule, cher (...)

  • 28juillet L’OMS cachetonne

    Oyez, oyez, c’est l’OMS qui l’affirme : un peu plus d’un (...)

  • 27juillet L’or en flacon

    En ces temps troublés, vous vous demandez comment protéger vos (...)

  • 26juillet Potion pour le podium

    Que se passe-t-il quand une star du cyclisme se fait (...)