Accueil du site > > Biens publics et

Biens publics et dégâts privés

Biens publics et dégâts privés

jeudi 31 mars 2011

Quantité de parallèles ont déjà été faits entre la crise financière et la crise nucléaire. La similitude est en effet criante : le crédit est aussi indispensable à l’activité que l’énergie ; la production de l’un et de l’autre relève d’un métier à hauts risques. Qui faute de précautions scrupuleuses, c’est-à-dire d’une réglementation et d’un contrôle sourcilleux, peut déclencher des dégâts systémiques d’une ampleur incalculable. Il semble bien que les deux phénomènes relèvent d’un même processus, d’une véritable déstructuration du système dans lequel nous avons investi nos croyances et nos espérances en un avenir meilleur. Un dogme universaliste qui a imposé sa puissante attraction plus efficacement que n’importe quelle religion historique ; dont les aspects positifs (bien réels) ont délibérément occulté la litanie grandissante de dommages collatéraux. Cette croyance s’appelle l’économisme, un corpus philosophique paraplégique, qui réduit les aspirations métaphysiques de l’espèce à l’enflure illimitée de sa tirelire. Et qui apparemment aveugle ceux qu’elle veut perdre.

Le collapsus des subprime et de ses dérivés n’avait pas encore produit tous ses effets que le G20 s’interrogeait gravement sur « l’après-crise ». Et à la faveur d’un apparent redémarrage de la machine, décidait qu’une simple vidange suffisait à la poursuite des aventures. On ne prétendra pas ici qu’il fallait renoncer aux banques et au crédit, mais le bon sens élémentaire imposait de changer de moteur et de carburant. De la même façon, les mouvements écologistes européens sont aujourd’hui réunis à Budapest, avec au menu « l’après-Fukushima ». Le problème n’est pourtant toujours pas résolu et Fukushima n’a pas (encore) été rayé de la carte. Sera donc débattue l’urgence de « renoncer au nucléaire », une hypothèse qui demeure farfelue tant que l’on sera incapable d’exploiter efficacement les inépuisables ressources du solaire. Mieux vaudrait sans doute s’interroger sur les modalités d’exploitation immédiates de l’énergie atomique afin d’en réduire les risques à des dimensions acceptables. Moyennant le coût approprié, bien entendu. Les ressources de l’environnement relèvent partout dans le monde des biens publics. De multiples difficultés seraient aplanies si l’on acceptait de ranger dans cette même catégorie la production d’énergie et celle de… l’argent. Ce serait une authentique révolution que de renoncer à un mode de vie où la réussite individuelle se mesure à la capacité de s’approprier ce qui appartient à tous.

La recette du jour

Opulence sans conscience

Partout dans le monde la loi punit le vol de ce qui appartient à chacun. Nulle part elle ne prohibe l’appropriation de ce qui appartient à tous. Profitez-en pour exploiter l’eau, l’air, le pétrole, l’uranium, etc., ainsi que l’argent. Le métal et la monnaie. Vous deviendrez riche, puissant et détesté. Mais vous serez en règle avec la Justice, faute de l’être avec votre conscience.

jeudi 31 mars 2011 , par Jean-Jacques Jugie

1 Message

  • // Biens publics et dégâts privés 31 mars 2011 21:44, par mmjr2

    N’ayez pas peur !
    - un atome est-ce que c’est gros ? Oh non, très petit, un cent-millionième de centimètre en diamètre.
    - est-ce qu’on peut utiliser les atomes autrement que pour faire des bombes ? Bien sur qu’on le peut. Et de multiple façon. Si nous les faisons exploser peu à peu et régulièrement, leur énergie propulsera des bateaux, des trains, des avions... sans charbon, ni essence, ni électricité. Et les hommes vivront heureux
    - Alors, tout sera un jour mû par les atomes ?
    Oui..., vous vivrez l’age atomique.
    D’après "les cloches de Nagasaki" de Paul Nagaï, qui revint à Nagasaki trois semaines après la bombe.


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides).

Qui êtes-vous ? (optionnel)



  • 25juillet Le dollar postmoderne - par Plumitif

    On verra bientôt que nos candidats sont postmodernes depuis (...)

  • 20juillet Pitié pour Murdoch ! - par philippe lefevre

    mon cher ami "le premier qui dit la vérité il doit etre (...)

  • 18juillet Vacances au frais - par Plumitif

    Excellent, comme "avant" votre séjour en taule, cher (...)

  • 28juillet L’OMS cachetonne

    Oyez, oyez, c’est l’OMS qui l’affirme : un peu plus d’un (...)

  • 27juillet L’or en flacon

    En ces temps troublés, vous vous demandez comment protéger vos (...)

  • 26juillet Potion pour le podium

    Que se passe-t-il quand une star du cyclisme se fait (...)