Accueil du site > > Le diplomate et (...)

Le diplomate et le furtif

Le diplomate et le furtif

mercredi 12 janvier 2011

Les joujoux militaires continuent de représenter un facteur-clé de la diplomatie. Comme dans les cours de récréation : rouler les mécaniques dissuade les querelleurs et garantit le leadership. Au moins jusqu’à ce qu’un téméraire ne tente de détrôner le caïd du moment. Dans les relations internationales, les avions de combat sont le symbole le plus agressif de la dissuasion. Voyez les Américains avec leur fameux JSF, en chantier depuis une quinzaine d’années mais pas plus opérationnel qu’une poêle à frire : le JSF sait tout faire, du point de croix aux œufs brouillés, mais il ne parvient pas à voler. C’est ennuyeux pour un avion, qu’il soit ou non destiné au combat. Peut-être est-il l’hirondelle annonçant le printemps des guerres futures : des guerres virtuelles où pour remporter le combat, il suffira de convaincre l’adversaire qu’on peut le vaincre. Sur le tapis vert de la technologie.

En attendant, la Chine a reçu en visite officielle Robert Gates, le Secrétaire américain à la Défense. Et pour préparer psychologiquement son invité, le pays a fait précéder son arrivée d’un vol d’essai : celui du Jian 20, un avion furtif, le nec plus ultra de l’arsenal moderne. L’essai a été concluant, merci. Faut-il considérer l’événement comme un message subliminal adressé à l’Amérique ? Pas du tout, commente le ministère de la défense chinois. Ou plutôt si : « Le vol d’essai est un principe et ne vise aucun pays, pas plus que la visite en Chine du Secrétaire américain à la Défense ». Qu’en termes élégants ces choses-là sont dites. Il est difficile de ne pas interpréter ce symbole musclé comme un avertissement, pour l’instant sans frais : la Chine prend les mesures ad hoc pour s’assurer le maximum de « confort » dans sa zone d’influence naturelle. Notamment sur le flanc Pacifique, aimablement « supervisé » par l’Oncle Sam. Il fallait bien se douter que le flirt américano-chinois se heurterait à un obstacle de taille : chacun des fiancés veut contrôler l’intendance du ménage…

La recette du jour

Diplomatie familiale

Votre lointain cousin d’Amérique vous a longtemps pris pour une truffe. Maintenant que vous êtes sur la voie de la réussite, il multiplie ses visites en vue de vous « parrainer ». Recevez-le aimablement et installez sa chambre près du chenil. S’il ne comprend pas le message, lâchez vos pitbulls.

mercredi 12 janvier 2011 , par Jean-Jacques Jugie


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides).

Qui êtes-vous ? (optionnel)



  • 25juillet Le dollar postmoderne - par Plumitif

    On verra bientôt que nos candidats sont postmodernes depuis (...)

  • 20juillet Pitié pour Murdoch ! - par philippe lefevre

    mon cher ami "le premier qui dit la vérité il doit etre (...)

  • 18juillet Vacances au frais - par Plumitif

    Excellent, comme "avant" votre séjour en taule, cher (...)

  • 28juillet L’OMS cachetonne

    Oyez, oyez, c’est l’OMS qui l’affirme : un peu plus d’un (...)

  • 27juillet L’or en flacon

    En ces temps troublés, vous vous demandez comment protéger vos (...)

  • 26juillet Potion pour le podium

    Que se passe-t-il quand une star du cyclisme se fait (...)