Accueil du site > > Bactéries et vieilles

Bactéries et vieilles dentelles

Bactéries et vieilles dentelles

lundi 6 décembre 2010

Quand les Américains font une annonce tonitruante, on ne sait jamais si c’est du lard ou du cochon. Avec eux, le calendrier comporte davantage de 1er avril que celui de n’importe quel autre pays. On n’ira pas jusqu’à prétendre que partout ailleurs, les sommités ne font que des déclarations honnêtes et sincères. Mais l’Oncle Sam mérite le pompon de l’outrance propagandiste. Voyez l’économie : la Maison-Blanche voit chaque jour prospérer des « jeunes pousses » alors que le puissant désherbant de la récession a ratiboisé le paysage. Voyez la finance : tous ses acteurs se sont adonnés avec délice à la martingale de Ponzi et seul ce pauvre Madoff a trinqué. Les autres continuent allègrement de jouer. Même le domaine des sciences fait l’objet de suspicion. En ces temps impécunieux, voilà que les chercheurs de la Nasa prétendent qu’il y a de… l’argent sur la Lune. Ils ont bien de la chance, là-haut : chez nous, il n’y en a plus. Sauf celui que fabrique la Banque fédérale américaine par tombereaux entiers, en affirmant que ça ne fera de mal à personne. En fait, Madoff n’est pas en prison : il dirige secrètement la FED – ne le répétez à personne. Puisque les Luniens sont riches d’argent, on aurait peut-être pu leur demander de cautionner nos Etats dans le besoin. Mais il faudrait pour cela leur mettre la main dessus.

Justement. C’est encore aux chercheurs américains que l’on doit d’avoir « démontré » l’hypothèse d’une vie extraterrestre. Comment ? Grâce à la bactérie GFAJ-1, dont l’existence prouverait qu’il n’est pas nécessaire de réunir tous les vieux CHNOPS pour donner la vie (carbone, hydrogène, azote (nitrogen, in english), oxygène, phosphore et soufre. Voilà : on aurait découvert que cette bactérie a su remplacer le phosphore introuvable par l’arsenic, quand il est omniprésent. Une nouvelle option dans la chaîne du vivant. Et de quoi ressusciter tous ceux qu’Agatha Christie a empoisonnés à l’arsenic dans sa longue carrière de romancière. Certains scientifiques se montrent toutefois sceptiques face aux conclusions de leurs confrères yankees, qu’ils soupçonnent d’avoir bidouillé. Et cédé à la tentation de faire rêver leurs contemporains aux extraterrestres, en ces temps douloureux pour les humbles Terriens. Pour valider cette thèse révolutionnaire sur l’arsenic, on attendra donc la découverte de vieilles dentelles. Sur Mars ou ailleurs…

La recette du jour

Régime à la Mithridate

Vous prenez de l’âge et vous décelez dans votre entourage une impatience tangible devant l’héritage. Elevez des bactéries GFAJ-1 et prenez-en une lampée chaque jour au petit-déjeuner. Vous échapperez ainsi au risque d’un empoisonnement accidentel à l’arsenic. Evitez quand même les escaliers pentus et la sieste sous les balcons encombrés de pots de fleurs.

lundi 6 décembre 2010 , par Jean-Jacques Jugie


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides).

Qui êtes-vous ? (optionnel)



  • 25juillet Le dollar postmoderne - par Plumitif

    On verra bientôt que nos candidats sont postmodernes depuis (...)

  • 20juillet Pitié pour Murdoch ! - par philippe lefevre

    mon cher ami "le premier qui dit la vérité il doit etre (...)

  • 18juillet Vacances au frais - par Plumitif

    Excellent, comme "avant" votre séjour en taule, cher (...)

  • 28juillet L’OMS cachetonne

    Oyez, oyez, c’est l’OMS qui l’affirme : un peu plus d’un (...)

  • 27juillet L’or en flacon

    En ces temps troublés, vous vous demandez comment protéger vos (...)

  • 26juillet Potion pour le podium

    Que se passe-t-il quand une star du cyclisme se fait (...)