Accueil du site > > MIPIM : BNP Paribas

MIPIM : BNP Paribas Real Estate présentera un projet de gratte-ciel "environnemental"

MIPIM : BNP Paribas Real Estate présentera un projet de gratte-ciel "environnemental"

BNP Paribas Real Estate présentera au MIPIM, le 7 mars 2012 à 17h, sur son stand un projet de tour végétalisée de logement NEVO.

« NEVO » (la contraction de Natural Evolution) est un projet initié fin 2010 par BNP Paribas Immobilier Résidentiel en collaboration avec le cabinet Brenac & Gonsalez. Son objectif ? Présenter une réflexion plus vaste sur le concept d’habitat en grande hauteur.

BNP Paribas Real Estate présentera au MIPIM, le 7 mars 2012 à 17h, sur son stand (Espace Riviera R35/37) un projet de tour végétalisée de logement NEVO en présence de Pierre Sorel, Directeur Général de BNP Paribas Immobilier Résidentiel, de Xavier Gonzalez, Architecte co-fondateur de l’atelier Brenac & Gonzalez et de François Grelet, chargé d’affaires bureau d’études IMOGIS.

« La préservation du territoire rural est étroitement liée à la densité et la hauteur des immeubles en zone urbaine. Afin de répondre à ce nouvel enjeu, la construction des tours d’un nouveau type associant la verticalité et le paysage, la nature et l’architecture, s’impose. Pour définitivement changer la vision dégradée des tours des années 1960/1970, la nécessité d’introduire sur le marché des projets qualitatifs, exceptionnels et uniques, tels que la tour NEVO est évidente », précise Pierre Sorel, Directeur Général de BNP Paribas Immobilier Résidentiel. Chaque appartement est une villa offrant des prolongements extérieurs, des jardins abondamment plantés, des serres... La tour devient un élément du paysage.

Cette tour de 228 logements respectera les exigences du label BBC avec une consommation en énergie primaire limitée à 65 kwh/m²/an pour les logements. Cependant, la performance environnementale d’un bâtiment ne se mesure pas à sa seule consommation mais aussi à la création de valeurs et de richesses qu’il génère. Le confort des habitants, les qualités d’usage, l’appropriation d’un espace sont autant de valeurs de durabilité. « Grâce à ce projet, la perception des tours pourrait évoluer favorablement par rapport à la politique urbaine des années 60 », conclut Pierre Sorel.

lundi 5 mars 2012 , par Rédaction

Suite des dépêches