Accueil du site > > SCPI : encore une

SCPI : encore une année record

SCPI : encore une année record

Quarante ans après leur création, les SCPI confirment leur rôle de collecteur principal de l’épargne immobilière intermédiée auprès des particuliers.

Pour Arnaud Dewachter, Délégué général de l’Association française des Sociétés de Placement immobilier (ASPIM), « ce sont les caractéristiques structurantes des SCPI qui nourrissent cette attractivité durable auprès des épargnants : une gestion prudentielle, un actif tangible, exclusivement composé d’immobilier, une liquidité maîtrisée sans volatilité prononcée des titres, une distribution pérenne, une qualité d’information élevée et un contrôle de gestion rigoureux : les conditions sont réunies pour maintenir la confiance des particuliers pourtant devenus dubitatifs sur les placements en général ».

Collecte nette

L’exercice 2011 est marqué par un nouveau record historique de la collecte nette des SCPI qui atteint 2,79 milliards € (à comparer aux 2,45 milliards € de 2010, soit une progression de 14%).

La collecte nette des SCPI « classiques diversifiées » connaît un rebond sensible (1,62 milliard € à elles seules, soit + 74% par rapport à 2010).

Les SCPI Scellier demeurent à un niveau élevé (624 millions € collectés) bien qu’en retrait par rapport aux douze mois précédents (- 32%). Ce recul s’explique sans doute par le resserrement sensible en fin d’année des octrois d’emprunts bancaires qui accompagnent généralement la souscription de parts de « SCPI fiscales ».

Capitalisation

Au 31 décembre 2011, la capitalisation des SCPI, en progression de 11,3% sur un an, se rapproche de la barre symbolique des 25 milliards €.

Marché secondaire

Le marché secondaire des SCPI est marqué par la stabilité avec 394,24 millions € de parts échangées (- 5,6% par rapport à 2010). En valeur relative, le taux de rotation des parts reste modeste (1,59 % du total des parts). Il n’y a pas de signe de tension sur la liquidité du marché secondaire des parts de SCPI.

Dans une période où les placements sont vivement chahutés par les épargnants, les associés de SCPI demeurent durablement attachés à leur investissement.

Rendement [1]

En 2011, les SCPI ont confirmé leur statut de produit de rendement avec un taux annuel de 5,16% servi aux associés. Elles continuent de faire bénéficier leurs souscripteurs d’une « prime de risque » (mesurée par rapport au taux des emprunts d’Etat) de 2 points (5,16% contre 3,16%).

Les prix de parts sont en équilibre, avec un léger fléchissement en moyenne de - 0,6%. A noter que 30 SCPI « classiques » ont vu leurs prix de parts augmenter de 2010 à 2011, 26 ont un prix stable d’une année sur l’autre et 24 ont vu leurs prix diminuer.

Pour Patrick de Lataillade, Président de l’ASPIM, « la solidité du bilan des SCPI, en pleine tourmente économique et financière, justifie pleinement qu’il soit pris en compte pour accompagner favorablement l’évolution de leur cadre juridique. Nous visons en particulier l’opportunité que présente la transposition en droit français de la directive européenne AIFM [2], dont le champ d’application concerne a priori les fonds immobiliers faisant appel public à l’épargne. Dans cette démarche de réflexion conduite par le Comité de place que pilote l’AMF, l’ASPIM poursuivra l’objectif essentiel de promouvoir le « modèle SCPI » . Nous relevons avec satisfaction à ce propos les considérations récentes de la Cour des Comptes selon laquelle « il serait plus adéquat d’orienter l’action publique vers la satisfaction des besoins d’épargne à long terme des ménages qui constitue un objectif en soi » [3].

mardi 6 mars 2012 , par EDITEUR

Notes

[1] Evolution des prix de parts : variation des prix de part de fin d’année N par rapport à fin d’année N-1 Rendement : revenu de l’année N / prix de part fin d’année N-1

[2] Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011 sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs

[3] Cour des Comptes, Evaluation d’une politique publique, « La politique en faveur de l’assurance-vie », janvier 2012, p. 61

Suite des dépêches