Accueil du site > > Frédéric Pelou, nouvea

Frédéric Pelou, nouveau Président de la FNAIM Côte d’Azur

Frédéric Pelou, nouveau Président de la FNAIM Côte d'Azur

Le 15 juin 2012, le Conseil d’Administration a élu Frédéric Pelou en tant que Président de la FNAIM Côte d’Azur pour succéder à Pierre laurent dont le mandat arrivait à son terme.

Frédéric Pelou, 36 ans, marié, dirige la SAS Immobilière Pelou (transaction, administration de biens, location saisonnière) à Villeneuve Loubet, qu’il a fondée en 1997 ; Depuis 2004 il exerce une activité d’expertise et a créée en 2010 en association avec deux adhérents FNAIM une société de syndic d’immeuble. Originaire de l’Aveyon, Frédéric Pelou est diplômé de L’INSIM (institut supérieur de l’immobilier de Toulouse), membre de la chambre des experts immobiliers de France. Il s’engage dans l’action syndicale dès 2003, élu membre du Conseil d’Administration de la FNAIM Côte d’Azur, et a été successivement, Président FNAIM AVENIR 2003 – 2009 et Vice-Président départemental (Président de la Section d’Antibes) depuis 2009.

Au cours de l’assemblée Générale annuelle, Pierre Laurent a dressé le bilan de trois années de mandat et après avoir remercié de leur confiance et collaboration les membres du Conseil d’Administration et du bureau ainsi que l’équipe des permanents de la FNAIMCôte d’Azur, a passé le relais à Frédéric Pelou qui a présenté les grands axes de la mandature 2012/2015.

Les idées force du mandat 2009-2012

Pierre Laurent revient sur les principaux faits marquants de sa mandature, au regard des ambitions qui étaient affichées par son équipe au cours de ces 3 années à savoir, « apporter à nos adhérents outils, conseils et informations leur permettant de s’adapter à un environnement en pleine évolution. Augmenter notre représentativité, et développer notre communication auprès des adhérents » et rappelle que son mandat a été placé sous le signe du partage, de l’écoute, de la communication, et du militantisme.

PARTAGER Avec deux temps forts partagés avec les membres du conseil d’administration au cours de deux séminaires annuels, le premier sur la thématique partageons le plaisir d’être à la FNAIM, l’occasion d’une réflexion approfondie pour revenir aux fondamentaux, identifier pourquoi on aime être au service de l’organisation et de ses adhérents. « Pour moi, cela a été un des moments forts de cette mandature, qui nous a permis d’identifier notre propre niveau d’engagement, d’auto-évaluer notre implication au sein de la FNAIM. Des personnalités se sont révélées, prêtes à aller bien au-delà de ce qu’elles faisaient jusqu’alors. » et le second, en 2011, avec pour thème une réflexion sur l’avenir de la FNAIM, une projection sur le futur qui a donné lieu à la rédaction d’un document remis au futur président fédéral. Un moment de partage et d’écoute.

INFORMER, COMMUNIQUER Auprès des adhérents, avec les réunions de proximité lancées dès 2010 dans les cinq bassins, pour créer du lien, se développer et être à l’écoute. Et une communication régulière auprès de la presse, qu’il s’agisse des chiffres trimestriels du marché, ou des sujets d’actualité fiscale ou sociale., renforcée par une campagne d’image et de notoriété.

MILITER ET SE MOBILISER « Par la force des choses, je dirai que cette mandature a été marquée par l’action militante que nous avons engagée chaque fois que le logement était sur la sellette, mis à mal par les incessantes et incohérentes évolutions des dispositifs législatifs et fiscaux. Je citerai pour mémoire, tout d’abord la forte mobilisation militante contre l’interdiction des panneaux en centre ville de Nice, et ceci avec nos collègues de l’UNIS et les réseaux commerciaux … dans un esprit d’ouverture. Mais aussi et surtout en 2011 nos réactions contre la suppression du PTZ, la réforme des plus values et la réforme des métiers. Vous l’avez vu, nous n’avons pas hésité à interpeller les pouvoirs publics par des annonces presse dans la presse quotidienne »

Fidèle à sa réputation, la chambre départementale a été une fois encore précurseur en mobilisant l’ensemble de ses adhérents sur tout le territoire de la Côte d’Azur pour les Etats Généraux de l’immobilier, et a largement contribué à la réflexion collective en rédigeant un document qui a servi de base au fameux Livre Blanc.

PRATIQUER Un de nos objectifs très concret a été de développer les outils au service de nos adhérents, mais aussi de gagner de nouveaux adhérents : Avec « FNAIM Mode d’emploi », édité à 2500 exemplaires et encarté dans notre magazine, nous communiquons sur les services à disposition de nos adhérents, un moyen de fidéliser nos adhérents, les informer, mais aussi de nous développer. Avec les juriscafé, un programme de formations très pratiques, et les journées professionnelles nous nous sommes efforcés de rester au plus près et à l’écoute des pratiques de nos différents métiers.

« Mon principal regret est notre impossibilité à nous faire entendre des parlementaires départementaux, malgré les bonnes relations que certains d’entre nous entretiennent avec eux. Nous avons besoin de renforcer notre représentativité auprès des politiques locaux. Ces trois années furent riches et intenses, un engagement quasi total en termes de temps, et donc une organisation personnelle et professionnelle en conséquence. De belles rencontres, des challenges qui engagent l’avenir de notre profession … » conclut Pierre Laurent

Frédéric Pelou - Les grands axes pour 2012-2015

LIENS AVEC LES ADHERENTS

SOLIDARITE Le syndicalisme professionnel est avant tout un esprit de corps, une fraternité axée sur l’entraide : De nombreux adhérents ont, par épisode, des difficultés de gestion de leur entreprise. Je suggère que nous mettions en place des aides :
- Créer un service de remplacement ponctuel pour intervenir quand une personne seule (ou seule dans sa spécialité au sein de son agence) est en difficulté. On peut imaginer de faire appel à de jeunes retraités habitués à la gestion immobilière ou à la fonction de Syndic.
- Affiner Le partenariat avec les experts-comptables.
- Rendre plus aisé l’audit d’entreprise en cas de cession de cabinet Immobilier ou de reprise.
- Favoriser des journées d’informations gratuites dans ce domaine, payantes si plus poussées.

PROXIMITE et CONVIVIALITE Envers les nouveaux adhérents tout comme envers les anciens, proximité et convivialité sont de mise. Dans notre charte interne, chaque Administrateur est correspondant d’une quinzaine d’adhérents sur son territoire de compétence.

REPRESENTATIVITE GEOGRAPHIQUE Optimiser la représentativité géographique et relationnelle du bureau exécutif sur l’ensemble du département, en ne négligeant aucune zone y compris l’arrière pays. Continuer inlassablement à recruter tout en gardant un critère de qualité.

OPTIMISER l’ORGANISATION INTERNE DE LA CHAMBRE
- Les nouvelles technologies doivent améliorer performance, rapidité donc un meilleur service et une meilleure écoute vis-à-vis des adhérents.
- Un Conseil d’Administration décentralisé par trimestre peut être proposé, dont la logistique sera sous la responsabilité du Président de section (Menton, Nice, Antibes, Cannes)

COMMUNICATION La communication auprès de la presse, sur les chiffres trimestriels, mais aussi sur notre actualité est fondamentale. De même qu’un observatoire des loyers s’avère nécessaire. Nous nous efforcerons également de mettre ne place de nouveaux outils de communication auprès de nos adhérents et du grand public (à titre d’exemple, des rubriques « C pratique »..).

CONFORTER LES LIENS AVEC LES CAMBRHES FNAIM DU VAR ET DES BOUCHES DU RHONE Conforter nos liens d’amitié avec notre région par des actions communes (formation, réunions techniques, communications), plus particulièrement avec les chambres du Var et des Bouches-du- Rhône.

FORMATION L’Ecole Nationale Supérieure de l’Immobilier, ESI, est là pour former les professionnels de l’immobilier. Je souhaite créer un véritable pont avec cette Ecole, pour que les formations qui y sont proposées puissent se réaliser dans notre Département, et éviter ainsi à nos adhérents d’aller suivre les cours à Paris.

LOBBYING POLITIQUE Un Ministre du logement a été nommé, profitons-en. Je ne me résous pas à laisser dire qu’il faut taxer plus les bailleurs et les propriétaires ou bloquer les loyers pour résoudre la crise du logement ! Notre réglementation professionnelle, la loi Hoguet, a plus de 40 ans ! Elle est obsolète. Il est temps de promouvoir la réforme des professions immobilières. Il faut donc rencontrer ces politiques et décideurs publics, et faire entendre notre voix.

En conclusion, « Dans cette période où les cartes sociales sont redistribuées, je pense que l’esprit du syndicalisme professionnel doit être revalorisé. Je suis certain que nous saurons prendre ensemble les décisions et porter les idées qu’attendent les professionnels que nous représentons. » Frédéric Pelou, Président FNAIM Côte d’Azur.

lundi 2 juillet 2012 , par EDITEUR

Suite des dépêches