Accueil du site > > Entreprises, Associa

Entreprises, Associations, Porteurs de projets, les banques hésitent à vous financer ?

Entreprises, Associations, Porteurs de projets, les banques hésitent à vous financer ?

Qu’attendez-vous pour solliciter des subventions européennes et internationales ?

A moins de fournir des garanties solides ou des cautions personnelles, Il faut bien admettre que le financement de projet doit désormais apprendre à se passer du concours des banques. Mais ces difficultés à obtenir des prêts peuvent être considérées comme des avantages, car un emprunt c’est une dette avec des charges et des contraintes alors qu’une subvention c’est de l’argent gratuit. D’après tous les spécialistes du management de projet, c’est d’abord par là qu’il faut commencer. Des fonds existent à Bruxelles et dans le monde, il suffit de les solliciter. Les subventions européennes, à travers plus de 450 programmes, financent pratiquement toutes les activités commerciales, industrielles, sociales et culturelles en Europe et dans le monde. Ces aides sont à la portée des PME-TPE, associations et collectivités.

Comment s’y prendre et par où commencer ?

Tout d’abord, il faut bien comprendre que l’on se situe dans un environnement ou la langue anglaise fait office de langue de travail même si les autres langues sont dites « officielles » parce que les fonctionnaires européens à Bruxelles proviennent des 27 pays de l’Union, et le dénominateur commun reste la langue anglaise. Commencer par identifier les fonds concernés est un bon début, mettre en place une veille sur les appels à propositions est indispensable, vérifier la base légale pour s’assurer que le programme est accessible. Mais la clef de voûte reste la réalisation du « document-projet », c’est-à-dire le document qui expose le projet en plaçant en avant les arguments communautaires pour établir un intérêt entre le projet et les objectifs du programme. Un travail de haute précision dont la réussite est conditionnée par une recherche documentaire très poussée.

Un carrefour de rencontres et d’alliances

Une veille sur les appels à proposition est indispensable, dans cette procédure le programme trace des pistes et dicte des recommandations. Si les projets sont présentés conjointement par deux ou trois partenaires, - c’est ce que l’on appelle un syndicat d’intérêt ou un consortium - des bases de données à recensent les acteurs dont les activités complémentaires rejoignent le même objectif de développement et permettent de constituer un groupe qui désignera les responsabilités de chaque participant

Des financements européens à portée internationales

L’Union européennes finance des projets dont les bénéficiaires sont souvent situés en dehors du périmètre des 27 pays de l’Europe communautaire : Afrique, Asie, Océanie mais aussi Amérique du Nord et du Sud sans oublier la zone Caraïbes. C’est une erreur de croire que le champ d’intervention de Bruxelles se limite aux 27 pays membres, car l’action de l’Union européenne dépasse ces frontières dans de très nombreux programmes.

L’assistance du cabinet Olandson
Olandson est un cabinet spécialisé dans la recherche de subventions internationales d’une part et dans les procédures de formalités réglementaires en Europe aux USA et en Chine d’autre part. Les consultants sont familiarisés avec les démarches administratives dans un environnement ou l’anglais est considéré comme la langue de travail. Le rôle du consultant consiste à assister les porteurs de projets dans ces démarches complexes, depuis une réflexion stratégique et la rédaction d’un document projet, le lobbying indispensable pour valoriser les arguments, jusqu’à la procédure administrative qui peut parfois s’étaler sur 4 à 6 mois. Partant du principe que l’ « on n’obtient rien si on ne demande pas », les consultants solliciterons en même temps les organisations internationales et les fondations privées qui peuvent compléter les financements de Bruxelles dans le cadre de leurs propres programmes.

Des subventions complémentaires délivrées par des organismes internationaux. Bruxelles ne finance que très rarement la totalité d’un projet, le complément sera apporté par des organisations internationales (Conseil de l’Europe, la BEI, la BERD, les agences de l’ONU comme l’ Unicef, FAO, BIT…) et des fondations comme Open-society fondé par Georges Soros… Avec plus de 30.000 Fondations internationales qui financent toutes sortes de projets, l’assistance d’un professionnel est vraiment indispensable, parce que ces financiers sont très sollicités et qu’un processus particulier est nécessaire pour les interroger. Ce qu’il faut retenir c’est que si la recherche de subventions européennes et internationales constitue la première démarche des porteurs de projets, il faut les solliciter les organismes pour tenter de les obtenir. Olandson est à vos côtés pour vous assister dans le cadre d’un partenariat collaboratif.

lundi 30 janvier 2012 , par EDITEUR

Suite des dépêches