Accueil du site > > « Enjeux d’avenir

« Enjeux d’avenir pour l’artisanat du bâtiment ».

« Enjeux d'avenir pour l'artisanat du bâtiment ».

La CAPEB des Alpes-Maritimes organise son Assemblée Générale le Vendredi 25 mars 2011, 18h Le Park Lenôtre - Mougins sur le thème « Enjeux d’avenir pour l’artisanat du bâtiment ».

La CAPEB : c’est quoi

Organisation représentative des entreprises artisanales du bâtiment, la CAPEB a pour mission de défendre leurs intérêts à tous les niveaux. Du plan local, grâce à ses structures départementales auxquelles ils adhèrent, jusqu’au niveau national incarné par la Confédération et son Président, Patrick LIEBUS.

La CAPEB : comment ça marche ?

Si chaque organisation départementale fonctionne de manière autonome, les artisans du bâtiment ont bien compris qu’ils seraient toujours plus forts ensemble. Aussi, depuis plus de 60 ans, se sont-ils regroupés au sein d’une Confédération pour donner plus de cohérence et de poids à leur action. Les Journées de la Construction En plus des échanges réguliers entre les différents maillons de ce réseau, l’AG confédérale annuelle est l’occasion de formaliser la politique de toutes les « CAPEB » ; notamment, en votant les résolutions qui synthétise la ligne arrêtée par le réseau. De plus, depuis 1991, la CAPB organise tous les 5 ans, à l’occasion de son AG confédérale, les journées de la construction. À cette occasion, 3 000 artisans venus de la France entière travaillent durant 3 jours à préparer l’avenir de leurs métiers. Les prochaines se dérouleront du 6 au 8 avril 2011 à Lyon. À la veille de ces Journées de la Construction, auxquelles participera une importante délégation azuréenne, La venue du Président Confédéral est une belle opportunité de pouvoir l’interroger sur les enjeux qui se profilent à l’horizon de l’artisanat du bâtiment.

QUELS ENJEUX ?

Après des années difficiles et à l’aube d’une reprise économique annoncée (espérée), c’est bien évidemment l’enjeu économique qui intéresse en premier lieu les artisans. L’accès aux marchés : l’indépendance des artisans est, depuis toujours, une valeur chère à la CAPEB. Et l’on en comprend encore mieux les raisons en période de crise ! Aussi, y travaille-t-elle sans relâche. Une illustration de ces travaux est notamment la démarche Eco Artisan : une marque qui permet aux artisans d’afficher leurs compétences en matière d’amélioration des performances énergétiques des bâtiments, indépendamment des réseaux contrôlés par les grands groupes. La défense des acquis : la TVA à 5,5 % dans la rénovation, menacée cette année par les « coups de rabot » sur les niches fiscales est un des enjeux majeurs pour l’artisanat du bâtiment. La CAPEB, à l’origine de la mesure, l’a encore défendu « bec et ongles » et restera vigilante. La concurrence déloyale : hostile dès le projet de mise en oeuvre du statut de l’auto entrepreneur tel qu’il fut construit, la CAPEB a toujours mis en garde quant aux dérives prévisibles. Force de proposition auprès des élus, les aménagements qu’elle soumet depuis le début commencent à trouver de plus en plus d’échos auprès des parlementaires. Encore une fois, sur ce dossier comme sur bien d’autres, elle est la seule à batailler dans l’intérêt des artisans. La formation est un autre enjeu primordial car les artisans ont bien compris que c’est par elle que passe l’avenir de leurs entreprises. La formation initiale : les apprentis d’aujourd’hui qui deviendront les « compagnons » de demain mais aussi la formation continue pour « coller » aux pré-requis attendus pour répondre aux évolutions techniques et règlementaires du marché. Or, nous sommes actuellement dans une période décisive pour ces 2 aspects de la formation, une redistribution des cartes induite par la réforme de la formation programmée par l’Etat. Bien évidemment, la CAPEB est active pour influer sur les orientations les plus favorables possibles à l’avenir des artisans du bâtiment.

Le social : la CAPEB et l’UPA (Union des Professions Artisanales) dont elle fait partie ont fait beaucoup pour l’amélioration de la situation (rappel des « victoires »). Néanmoins, il reste beaucoup à obtenir. Elles oeuvrent au quotidien à améliorer les relations de ses adhérents avec le RSI (ex : signature d’une convention CAPEB/RSI COTE D’AZUR le jour de l’AG). Mais, elle est surtout vigilante à ce que la nécessaire réforme des retraites engagée par le gouvernement ne se fasse pas au détriment des artisans. Les métiers ont une place primordiale au sein de la CAPEB. La CAPEB départementale est constituée de sections professionnelles (correspondant aux différents corps d’état) animées par des professionnels, des artisans. On retrouve cette organisation au niveau confédéral puisque les 8 UNA (Unions Nationales Artisanales) défendent et représentent les métiers. Comme pour la politique générale de la CAPEB, chaque UNA mène les actions attendues par les sections départementales. Celles-ci sont formalisées par les journées d’études annuelles. Bien évidemment, les métiers ont également toute la place qu’ils méritent aux journées de la construction. Ces enjeux, et bien d’autres, touchent de près les artisans du bâtiment du département. C’est donc une occasion formidable que de pouvoir en débattre avec celui que les CAPEB ont choisi pour les représenter.

En préambule à cette table ronde : signature de la CONVENTION DE PARTENARIAT CAPEB 06/RSI Côte d’Azur

Une des nombreuses missions d’une organisation professionnelle, digne de ce nom, est de faciliter la vie de ses adhérents. Or, nombre d’artisans sont en délicatesse avec le RSI. Il était donc incontournable que la CAPEB se rapproche du RSI Côte d’Azur pour améliorer la situation. La chose a été faite pour un grand nombre de chefs d’entreprises ayant répondu à l’enquête réalisée dans la CAPEB Inofs de décembre 2010. Sinon, les problèmes sont en cours de résolution pour tous les autres, puisque une cellule spécialement dédiée aux adhérents de la CAPEB a été mise en place par le RSI Côte d’Azur. Ce partenariat déjà fructueux pour bon nombre de nos adhérents s’incarnera dans la signature d’une convention liant les 2 partenaires en ouverture de la « table ronde » (aux alentours de 18 heures) et par la présence d’un stand RSI parmi ceux de nos partenaires.

Patrick LIEBUS : portrait

Le Président LIEBUS succède à Jean LARDIN le 18 février 2010. Il n’était pas un inconnu puisque depuis près de 10 ans ,il était le vice-président de la CAPEB confédérale. Agé de 56 ans, il est maître-artisan couvreur, à la tête d’une entreprise de 7 salariés dans l’Ain. Ce bressan, opiniâtre et passionné, a chevillée au corps la volonté de défendre les intérêts des artisans du bâtiment, une qualité indispensable pour assumer cette lourde tâche.

mardi 15 mars 2011 , par Communiqué de presse

Suite des dépêches