Accueil du site > > Nice Méridia

Nice Méridia

Nice Méridia

La Communauté d’Agglomération Nice Côte d’Azur (CANCA) a présenté au MIPIM une offre importante en termes d’immobilier d’entreprises pour répondre aux besoins d’un marché en pleine expansion. Outre le lancement de 34 000 m2 sur l’Arénas et le projet Technopolis qui prévoit 20 700 m2 de bureaux à Cagnes-sur-Mer, à 10 minutes de l’aéroport international de Nice Côte d’Azur, la CANCA a exposé l’ambitieux programme Nice-Meridia de 300 000 m2 à construire sur 22 hectares qu’elle a voté le 24 décembre 2004.

Epine dorsale du futur développement de la Métropole Nice Côte d’Azur sur l’axe Aéroport-Nice-Arénas-Plaine du Var, ce projet vise la création d’une nouvelle génération de quartier d’activités multifonctionnel alliant bureaux, logements pour actifs, équipements publics et commerces de proximité de qualité environnementale. S’inscrivant dans une démarche de développement durable, le programme Nice-Méridia a ainsi pour objectifs de permettre à ses résidents une indépendance économique totale, des économies d’énergie à hauteur de 20% en application de la RT 2005, la mise en place d’un réseau de transports en commun en site propre (TCSP) couplé avec l’usage de vélos électriques au sein de l’éco-quartier et un vivier de 5 000 emplois toutes filières confondues (santé, TIC, multimedia, tertiaire, activités commerciales et hôtelières). Structuré en 3 cycles d’aménagement d’environ 10 000 m2 d’immobilier d’entreprises neuf par an, ce programme voit ainsi sa première phase achevée à l’issue de 2 ans de consultation, respectant en toute transparence un cahier des charges volumineux et les délais qu’il s’était fixés :
- le choix du promoteur Cogedim/ Icade le 13 Novembre 2006, parmi 5 finalistes (les sociétés Sercib France, Delta Azur, Eiffage Immobilier et Finareal) et 15 candidats sélectionnés initialement,

- la délivrance du 1er permis de construire en mars 2008 pour lancer 10 000 m2 d’immobilier d’entreprise sur l’île de Robini et le 1er lot de logement pour actifs, soit 60 logements mixés avec 400 m2 de commerces en bordure du Boulevard Saint-Paul et de l’îlot Sainte-Marguerite. Ce chantier de 45 300 m2 devrait être achevé fin 2009 / début 2010. L’offre de l’îlot Robini se caractérise par un immeuble-phare, véritable vitrine architecturale autour duquel s’articuleront des bureaux haut-de-gamme et des locaux de performance environnementale. Le complexe résidentiel de l’îlot Sainte-Marguerite proposera de son côté des logements diversifiés adaptés à la cible des actifs qui bénéficieront pour accéder à la propriété d’un dispositif de modération du prix de sortie des logements ainsi qu’en contrepartie d’une clause dissuadant la revente spéculative.

La 2ème phase opérationnelle correspond à deux procédures d’aménagement :
- Une seconde consultation est engagée aujourd’hui auprès de promoteurs et concepteurs pour aménager l’ensemble immobilier proposant 23 200 m2 de schon et composé des îlots Iscles des Moulins (dont 14 800 m2 dédiés à l’immobilier d’entreprises) et des Maraîchers (soit 8400 m2 de logements). La CANCA analyse actuellement les candidatures reçues et sélectionnera le lauréat parmi 3 candidats finalistes d’ici fin 2008 pour une livraison en 2010.

- Une ZAC de 200 000 m2 de schon qui intègrera une approche environnementale labellisée par l’ADEME depuis juin 2007 et supervisée courant 2008 par un comité technique regroupant acteurs économiques et institutionnels (CANCA, Ville de Nice, Conseil Général des Alpes-Maritimes, CSTB, EDF ..). Ce comité aura pour mission de développer une réflexion urbanistique sur le site global de Nice-Méridia harmonisée avec l’Opération d’Intérêt National (OIN) du futur pôle urbain de la plaine du Var. Un architecte urbaniste sera désigné fin 2008 et un appel d’offres sera lancé au cours du 2ème semestre 2009 pour choisir l’équipe chargée d’établir le schéma directeur de l’aménagement du site, notamment ses axes urbanistiques, économiques et environnementaux. Le chantier débutera en 2010.

La 3ème phase échelonnée sur 6 ans prévoit une mixité fonctionnelle redéfinie en fonction de l’évolution des besoins des actifs et usagers, soit environ l’aménagement supplémentaire de 23 000 m2 qui s’indexera, quant à elle sur le schéma directeur d’aménagement du grand Arénas, moteur demain du développement de la métropole Côte d’Azur, complétée à terme par la plateforme des échanges multimodaux.

mercredi 23 juillet 2008 , par Dominique Ruffat

Suite des dépêches