Accueil du site > > Les nouvelles filièr

Les nouvelles filières écologiques

Les nouvelles filières écologiques

L’impact environnemental des bioplastiques présente un bilan écologique plutôt positif : mais est-ce pour autant la panacée ?

Dans le secteur du bâtiment, les bioplastiques peuvent être amenés à remplacer les matières pastiques actuellement utilisées pour réaliser les canalisations, les fenêtres… Ils connaissent une croissance très importante et présentent donc un intérêt. De 20 tonnes en 2000, leur production a dépassé 500 000 tonnes en 2006. Les bioplastiques sont des matériaux plastiques fabriqués à partir de la biomasse.

Bioplastiques : la solution alternative ?

Ces matériaux constituent-ils un champ d’exploration d’aujourd’hui ou s’imposeront-ils comme « la » solution alternative permettant de résoudre les problèmes d’élimination des déchets et de pallier la disparition prochaine du pétrole ?

JPEG - 19.2 ko
bioplastique = biodégradable

Les bioplastiques sont biodégradables (ils représentent 90 % de la production de matières plastiques biodégradables) et d’après leurs caractéristiques physiques et mécaniques, pourraient remplacer près de 25 % des matières plastiques actuelles. La production de bioplastiques peut-elle être compatible avec un développement durable ? La production de biomasse est aujourd’hui issue d’une agriculture intensive aux effets très négatifs sur l’environnement (pollution du sol, grande consommation d’eau et risque d’utilisation d’OGM).

JPEG - 63 ko
Granules de PLA

L’analyse du cycle de vie (ACV) de certaines matières plastiques présentes sur le marché depuis plusieurs années (PLA par exemple) montre que le bilan environnemental est plutôt positif mais les avantages par rapport aux matières plastiques classiques ne sont pas encore très marqués.

- Ceci s’explique par le fait que les techniques actuelles de production agricole sont encore trop polluantes et que les rendements de production sont trop faibles pour rendre ces matériaux bien plus performants que les matières plastiques classiques en termes d’impact environnemental.
- De plus, malgré la biodégradabilité de ces matériaux, l’élimination des déchets reste compliquée. Il faut en effet mettre en place des structures permettant le tri, la collecte et le compostage industriel ou même le recyclage car le compostage n’est pas systématiquement plus favorable que le recyclage d’un point de vue environnemental.
- La production de bioplastiques induit également des questions éthiques concernant l’utilisation de ressources destinées initialement à l’alimentation des populations ou concernant le recours à l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés (OGM), permettant d’améliorer les rendements de production. Il faut toutefois garder à l’esprit que ce marché est très récent (arrivée des premiers bioplastiques sur le marché à la fin des années 90) et que, par conséquent, les technologies associées sont encore amenées à se développer. Véritable solution alternative à la raréfaction du pétrole ou simple champ d’expérimentation, la question est posée.

Analyse d’Hervé Bellanger, Assistant de recherche éco-conception au CARMA

jeudi 7 août 2008

Suite des dépêches