Accueil du site > > Interview de Jacques

Interview de Jacques Bottero, Président de l’Office Public de l’Habitat Cannes

Interview de Jacques Bottero, Président de l'Office Public de l'Habitat Cannes

L’Office de l’Habitat Cannes et Rive Droite du Var a été créé le 16 Septembre 1958. A ce jour, il gère un patrimoine de 3926 logements répartis en 104 résidences. La Gouvernance est composée de Mr Jacques BOTTERO, Président et de Mr Rémy LERAY, Directeur Général. L’Office a, par ailleurs, délégué la gestion à des organismes ou associations à vocation très sociale de 21 foyers-logements et résidences sociales (pour jeunes travailleurs ou personnes âgées) qui représentent 860 équivalents logements. L’Office de l’Habitat intervient sur 11 communes de la Rive Droite du Var : Cannes, Bar sur Loup, Gattières, Grasse, La Roquette sur Siagne, le Cannet, Mouans- Sartoux, Mougins, Saint Auban, Théoule sur Mer, Valbonne-Sophia Antipolis.

OPH Cannes : Nouveau réseau de chaleur à Val de Ranguin Cannes

Unique dans le département, une chaudière à bois de grande taille se prépare à être mise en place à l’initiative de l’Office Public de l’Habitat Cannes et Rive Droite du Var. Annoncée pour pouvoir chauffer 900 logements environ, le projet souhaite développer les enjeux d’un climat environnemental départemental : mise aux normes, maîtrise des coûts d’investissement, garantie du prix de l’énergie sur une longue période, création d’une chaufferie propre, développement d’une filière bois dans le département.

Selon les premières études réalisées, le projet de Val de Ranguin représente en faisabilité 3000 T/an soit autant que la totalité de la production de la filière bois actuelle du département. De point de vue économique, le Val de Ranguin devra bénéficier d’un taux de TVA sur l’énergie à 5.5%. C’est l’entreprise Dalkia qui s’engage à valoriser cette filière bois, avec au programme notamment la création d’emplois autour de la filière bois. À noter que le projet Val de Ranguin relève la diminution d’émission à gaz d’effet de serre, 2000 T l’éq CO2/ an, soit l’équivalence à 630 automobiles parcourant 15000 km/an.

Une action innovante qui souhaite mettre en avant ses atouts écologiques : d’abord le bois est une énergie qui présente un bilan carbone neutre. En effet, lorsqu’il est brûlé, le bois rejette le carbone qu’il a stocké lors de sa croissance, par photosynthèse, et que la forêt dont il est issu va stocker à nouveau en repoussant, comme indiquent les responsables de la société exploitante.

À ces atouts verts s’ajoutent des atouts économiques décisifs : substituer du bois aux hydrocarbures pour la plupart importés, augmente notre indépendance énergétique.

Le développement de la filière bois est aussi une chance pour les propriétaires forestiers (environ 3,5 millions en France) car l’exploitation du bois énergie de leurs parcelles leur évite des coûts d’entretien, et permet aux essences nobles qui souvent n’étaient plus prélevées, de mieux se développer. Au final, cela accroît leur production de bois d’œuvre et de bois d’industrie.

vendredi 5 novembre 2010 , par Alina Gavril

Suite des dépêches