Accueil du site > > Zoom sur les éco-maté

Zoom sur les éco-matériaux

Zoom sur les éco-matériaux

Bâtir sain est-ce envisageable ? Les matériaux de construction traditionnels sont depuis plusieurs décennies en dérive exponentielle.

Aujourd’hui, pour bon nombre de personnes, la construction doit répondre à 3 critères : vite, simple et pas cher... Afin de satisfaire à ces demandes, les professionnels des matériaux inventent des procédés qui accélèrent les temps de séchage et permettent des mises en oeuvre rapide : les matériaux sont transformés, pré assemblés, prémâchés, pré … Le problème qui en découle est que ces nouveaux matériaux sont truffés de solvants, métaux lourds, résidus de polluants, composés organiques volatiles et autres produits qui rendent notre lieu de vie insalubre.

Zoom sur les éco-matériaux avec Mr Pierre PRALUS, Maître d’oeuvre en éco-habitat dans le Var

JPEG - 78.3 ko
Pierre Pralus

- Bâtir sain, c’est être attentif à la composition des produits que nous achetons. C’est privilégier les matériaux qui n’ont pas été dénaturé lors de leur fabrication. Nous devons, nous professionnels prendre en compte 4 critères déterminants pour répondre aux nouvelles normes environnementales : l’utilisation de matériaux naturels et peu polluants, à la fois respirants et hydro régulables, renouvelables ou durables, toujours recyclables et dotés d’une faible énergie grise. Le processus de sélection s’avère en amont des plus délicats mais si l’on se penche ensuite sur la dénomination « matériaux naturels », on en perd définitivement son latin ! Car, là encore, qu’entend-on par matériaux naturels ? Si le parpaing de béton est fabriqué à partir de matériaux naturels, sable, gravier, eau et ciment (mélange de calcaire et d’argile cuit à haute température), peut-on pour autant parler d’un matériau éco-sympathique ? non, car les trois autres critères ne sont pas pris en compte.
- De même, Naturel n’est pas égal à « écologique et durable » ni à « sain et pur »... nous avons besoin d’un regard scientifique et non moral pour l’apprécier. Et à ce titre, la démarche est complexe : quels matériaux peuvent réellement être considérés comme écologiquement durables, sans risque pour l’environnement et pour notre santé ? Ils sont finalement peu nombreux. Ils regroupent essentiellement la famille des végétaux fibreux (chanvre, laine, lin, -coton - de coco, ouate de cellulose, paille de blé) excellents isolants qui peuvent être récoltés en agriculture biologique et les essences mixtes cultivées en plantation pour éviter la déforestation.

Des matériaux hydro régulables pour donner un nouveau souffle à votre habitat

- Telle la peau d’un organisme vivant, la maison doit être une enveloppe respirante et gérant sa « transpiration ». En cela les matériaux issus de l’industrie pétrochimique ou des cimenteries offrent peu de performances, et créent par la même des ambiances saturées de gaz ou d’humidité impropres à la santé et au bien être. Pour éviter l’asphyxie on doit avoir alors recours à une surventilation passive, solution de survie mais peu satisfaisantes, ex : VMChydroréglable.

JPEG - 92.4 ko
Enduit sur bottes de paille
Chantier trihab

Le concept de paroi respirante doit prendre en compte plusieurs critères : La porosité des matériaux que l’on retrouve dans la brique de terre crue ou cuite, dans le bois ou ses dérivés, les plâtres ou les chaux qui assurent une transmigration de l’air mais aussi des gaz ambiants assurant ainsi à ses occupants un confort thermique et sanitaire bien appréciable. La capacité d’absorption de l’humidité ambiante avec une dégressivité de la résistance au passage de cette vapeur de l’intérieur vers l’extérieur de façon à ce que l’eau puisse sortir plus rapidement de la paroi qu’elle n’y rentre.

JPEG - 100.3 ko
Dôme Trihab isolé de paille

- Cette qualité participe aux performances énergétiques de la maison et donne en temps utile soit une impression de fraîcheur en été soit une impression de chaleur en hiver.

Problématique du recyclage : une gestion non performante des ressources, à améliorer d’urgence

Nous savons tous en nous tenant informés de l’extrême tension qui règne actuellement sur les marchés de matières premières, les prix du cuivre et du fer s’envolent, idem pour les matériaux issus de la pétrochimie (plastiques, et adjuvants). Cela tient bien sûr à une demande très supérieure à l’offre mais aussi à la mauvaise gestion de la production et du recyclage de ces matières. Privilégier l’utilisation de matériaux éco sympathiques dans la construction rendrait les marchés beaucoup moins nerveux dans la mesure ou ceux ci sont renouvelables et recyclables à l’exemple du bois ou des fibres isolantes végétales. Ce sens économique de la gestion des ressources va devenir prépondérant dans les années à venir et le recours aux matériaux renouvelables va devenir stratégique pour nous tous.
- Il est pour cela très intéressant de voir l’innovation avancer à grand pas dans l’utilisation de matériaux autrefois réservés à des usages confidentiels. Ainsi le chanvre autrefois réservé aux cordages et au papier revit une deuxième jeunesse grâce à son emploi massif dans le bâtiment.

JPEG - 82.7 ko
Chaume pour un bâti éco

Ses vertus à la fois « perspirantes » et isolantes associées à son extrême solidité lui confèrent un avantage économique et écologique non négligeable. Idem pour le lin, et la laine de mouton, voire même la plume de canard autrefois réservée à l’édredon et que l’on voit se décliner en confortable panneau isolant. Sans compter avec les produits issus du recyclage qui trouvent une réutilisation intelligente à des fins isolantes : vieux vêtements recyclés en panneau isolant de coton, déchets du bois recyclés en laine de bois ou en panneaux de construction sans colle toxique. Nous voyons même des briques composées de billes d’argile expansée et de microbulles de verre expansées issu du recyclage.

JPEG - 99.3 ko
Bois monomur et pierre
Chantier Trihab

- L’usage et l’évolution du bois de construction est à cet effet très révélateur de l’évolution du marché. Le bois et ses dérivés interviennent à tous les étages d’un bâtiment et même son traitement fongicide trouve des solutions écologiques (bois rétifié = cuit à la vapeur et retrouvant toutes les caractéristiques de durabilité du bois exotique). L’explosion de ce marché de la construction bois tient bien sûr à ses performances de confort bien connus mais aussi à des procédés innovants permettant de réduire de façon conséquente les coûts de construction (environ – 20 %).

Vers une énergie grise et des matériaux éco-sympathiques plus performants…

Qu’est ce que l’énergie grise ?
- L’énergie grise est la quantité d’énergie nécessaire à la production et à la fabrication des matériaux ou des produits industriels. En théorie, un bilan d’énergie grise additionne l’énergie dépensée lors : de la conception du produit ou du service, de l’extraction et le transport des matières premières, de la transformation des matières premières et la fabrication du produit ou lors de la préparation du service, de la commercialisation du produit ou du service, du recyclage du produit. Les différents bilans d’énergie grise établis dans la construction font apparaitre que l’énergie grise de la laine de verre est par exemple plus de 10 fois supérieure à la laine de chanvre pour des performances d’isolation identiques. Ce constat suppose une réorientation des priorités de recherche et de développement vers des produits et des technologies plus novateurs.
- Dans la même perspective d’économie énergétique, les matériaux « éco-sympathiques » (à faible impact environnemental et bénéfiques pour la santé) devraient être valorisés pour atteindre une production industrielle qui fera baisser les coûts. Il faut également mettre en avant les circuits courts. Les tarifs des grandes familles des matériaux éco-sympathiques dont le bois s’impose aujourd’hui comme le chef de file restent encore supérieurs aux produits industriels de la pétrochimie ou de la cimenterie classique. Heureusement, l’écart tend à diminuer ce qui incite de plus en plus d’éco-concepteurs à engager le pas et à parier sur l’avenir écologique, recyclable et renouvelable de notre coin de planète. Un petit pas pour l’Homme et un grand pas à venir pour l’Humanité s’il poursuit dans cette voie !

Trihab – Architecture Bioclimatique Blog : http://trihab.blogspot.com/ Site : www.trihab.com

jeudi 7 août 2008 , par Dominique Ruffat

Suite des dépêches